Récipiendaires de Bourse 2018

La Corporation a octroyé trois bourses doctorales de voyage en 2018 :

Allisson Murray. Université de Toronto

Les partisans de la complémentarité affirment qu’il y a des rôles fixes, distincts, et divinement ordonnés pour les hommes et les femmes. Dans certains segments de l’église américaine, l’adhésion aux enseignements de la complémentarité a servi comme moyen de différencier les chrétiens fidèles de ceux qui appartiennent « au monde. » Ma thèse de doctorat « Making, Marking, and Mandating Gender Roles : The History of Complementarian Theology, 1970-2010, » étudie des livres théologiques répandus qui donnent des conseils sur la vie chrétienne spécifiques au sexe. Je décrirai la façon dont les partisans de la complémentarité comprennent les rôles « bibliques » des deux sexes, la manière dont les partisans de la complémentarité devraient vivre, et le changement au fils du temps des attentes relatives à ce dernier. Le développement des enseignements de la complémentarité présente un cas fascinant qui permet d’étudier la dynamique du pouvoir, les convictions religieuses, et les identités politiques dans l’évangélisme de la fin du XXe siècle.

Morgan Oddie. Cultural Studies. Queen’s University. «L’embodiment et la douleur : L’affectif, le social et le corps physique des femmes qui participent au BDSM »

Morgan Oddie est une candidate au doctorat en études culturelles à l’Université Queen’s. Sa recherche examine les contextes rituels de l’intersection des sexes, le pouvoir, le corps et la sexualité. Elle examine les pratiques de BDSM (bondage, dominance, soumission, sadisme, masochisme) en tant que rituel ainsi que leur rapport en raison de l’impact sur l’embodiment. À l’aide d’une approche féministe ethnographique, son travail tente à réunir les voix des femmes qui s’auto-identifient participantes ainsi que leur expérience affective du jeu BDSM.

David Villeneuve. Faculté de théologie et sciences religieuses, Université Laval : Chrétiens de la plaine de Ninive (Irak) : identité et perspectives d’avenir

Les chrétiens d’Irak sont-ils appelés à disparaître ? La question n’est pas nouvelle, mais semble plus actuelle que jamais, alors que le nombre de chrétiens en Irak a diminué des deux tiers en moins de quinze ans. Pourtant, rien ne vient expliquer ce que signifie vraiment l’idée de leur disparition. Ainsi, notre recherche vise à démontrer, à travers une étude de terrain dans la plaine de Ninive, berceau du christianisme irakien, que l’identité des chrétiens d’Irak est liée à ce territoire, et qu’elle ne peut perdurer, telle qu’elle existe depuis 2000 ans, que s’ils continuent d’y évoluer.